< RETOUR

Au Boudu Livre – Petite chronique littéraire par Eva Kopp, journaliste, auteure et chroniqueuse littéraire.

 

Il était une fois Toulouse en 50 portraits…

50 personnages qui ont apporté leur brique rose à l’édifice de l’histoire.

Mathieu Arnal, conteur, insuffle vie et émotion au passé.

 

Ces Toulousains qui ont fait l’histoire – Portraits en rouge et noir

Par la magie des mots, nous voici, transportés aux Minimes à la rencontre du jeune Claude Nougaro qui se rêvait danseur avant « d’être happé par les mots » …

Nous nous enthousiasmons de la force de caractère et de l’humanité de la photographe Germaine Chaumel, femme libre…

Nous enfilons un casque et survolons Toulouse avec le pilote Clément Ader…

Nous tremblons pour Jeannette Mac Donald, la douce et intrépide dompteuse de fauve et découvrons qu’elle a fait les 400 coups avec Edith Piaf…

Enfin, nous nous émerveillons à retomber en enfance en jouant à la poupée (de cire) avec les petites filles modèles… Celles de la comtesse de Ségur…

Lorsque l’histoire est tout un roman, les pages se tournent trop vite. Toulouse est une ville riche de sa passionnante histoire, riche de celles et ceux qui ont participé à son rayonnement culturel et scientifique. Ces Toulousains qui ont fait l’histoire en est un très bel hommage.

À lire absolument.

Puis à offrir et à relire.

 

Chronique_littéraire_Toulouscope

Ces Toulousains qui ont fait l’histoire

Écrit par Mathieu Arnal

Le Papillon Rouge éditeur

ISBN : 978-2-490379-11-8

19,90 €

 

 

Au fil des pages, extraits

 

« Daniel Sorano, le « Cyrano » toulousain 

Avec son faux nez proéminent et sa voix de stentor, il demeure l’un des plus éloquents Cyrano de l’histoire, avec Jean-Paul Belmondo et Gérard Depardieu. Immortalisé par Claude Barma pour le compte de la Radiodiffusion-télévision française (RTF) le soir de Noël 1960, Daniel Sorano s’identifie tellement au héros d’Edmond de Rostand qu’on le surnomme « Sorano de Bergerac »

« Jacqueline Auriol, la cavalière du ciel

Au cours d’un déjeuner, le colonel Pierre Pouyade, ancien héros de l’escadrille Normandie-Niémen, la convainc de passer son brevet de pilote. Au fil des sorties avec Stampe, son petit biplan, elle éprouve une adrénaline jamais connue auparavant. Cette obsession l’amène à se dépasser et à s’initier à la voltige aérienne, jusque-là réservée uniquement aux hommes. »

« Claude Nougaro, le troubadour des Minimes 

En 1966, au moment de l’élaboration de ce qui deviendra l’ode que l’on connaît, Nougaro écrit de son appartement parisien, des premiers vers vengeurs à l’endroit de sa cité gasconne. De son enfance, il ne retient alors que la face sombre. Celle du cancre bagarreur élevé par Alexandre et Cécile, ses grand-parents paternels, dans une modeste petite maison de la rue de Chaussas, dans le faubourg populaire des Minimes. »

 

Rencontres et dédicaces à venir 

* le 19 octobre, à l’espace culturel Leclerc de Rouffiac-Tolosan, à 15h

* le 26 octobre à la la librairie Ombres Blanches, à 17h

* le 2 novembre, à la librairie du Beffroi, à Revel, à 9h30

* le 17 novembre, au salon du livre de Flourens, toute la journée, à partir de 9h (avec la librairie Ombres Blanches)

* le 23 novembre, au Cultura de Portet-sur-Garonne, à 10h

* le 30 novembre, à la librairie Privat, à 16h

 

 

Rencontre avec Mathieu Arnal, le conteur de la ville rose

Chronique_littéraire_Toulouscope©Fanny Madamour

Journaliste à Toulouse, Mathieu Arnal travaille pour différents magazines (Le Brigadier, Gibraltar…) Ce féru d’histoire raconte avec passion la vie trépidante des Toulousaines et des Toulousains qui ont fait la Ville rose.

 

* Comment est né ‘Ces Toulousains qui ont fait l’histoire’ ?

« La naissance de ce livre a été assez inattendue.

En juin 2018, lors du dernier jour de « La Comédie du Livre » à Montpellier, Santiago Mendieta, le directeur de publication de la revue Gibraltar me présente à Hubert Delobette, le directeur du Papillon Rouge, une maison héraultaise spécialisée dans le patrimoine et le régionalisme.

L’éditeur, qui a publié une série de biographies régionales (concernant des personnalités bretonnes, normandes, picardes, provençales…), me propose de faire de même avec des Toulousains.

De prime abord, je reste assez incrédule. Pourtant, 48 heures après notre rencontre, il réitère sa proposition par mail. J’accepte et signe quelques jours plus tard, mon contrat d’édition.

Je lui soumets une première liste de 50 personnalités susceptibles de figurer dans ce livre et commence alors mes recherches.

Pendant près de neuf mois, je fréquente assidûment les bibliothèques, dont la Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine et rencontre des descendants et amis desdits « Toulousains qui ont fait l’histoire ».

Je suis bien conscient qu’il y a une majorité écrasante d’hommes dans mon futur ouvrage (39 hommes et 11 femmes). Il s’agit malheureusement du reflet de l’histoire. J’aurais aimé, par exemple, vous raconter l’histoire de Federica Montseny, première femme ministre en Europe (ministre de la Santé et des Affaires sociales en 1936-1937) et égérie de l’exil républicain espagnol à Toulouse, enterrée au cimetière Rapas, à Saint-Cyprien. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a trop peu d’informations et de sources sur elle. J’ai donc estimé que c’était insuffisant pour brosser un portrait digne de ce nom.

Dans ‘Ces Toulousains qui ont fait l’histoire’, j’ai voulu élargir le spectre le plus large possible : artistes, écrivains, politiques, sportifs, aventuriers… Chronologiquement, cela va du mythe de Clémence Isaure, la « restauratrice » des Jeux floraux à la fin du XVe siècle à Dominique Baudis, l’emblématique maire de Toulouse (1983-2001), décédé en 2014. J’ai pensé ‘Ces Toulousains qui ont fait l’histoire’ comme une série de portraits, de nouvelles, afin de rendre leurs parcours le plus attrayant possible. »

 

 

* Quelle est la ou le « Toulousain qui a fait l’histoire » qui vous fascine le plus ? Pourquoi ?

« Ah ! Le choix est difficile. On s’attache à ses pairs en découvrant leurs vies, en les mettant en valeur.

S’il faut vraiment choisir, je dirai le journaliste polémiste Armand Duportal. C’est un peu le Comte de Monte-Cristo Toulousain. Pendant plus de 40 ans, de la Monarchie de Juillet aux débuts de la IIIe République, il s’est battu pour les idéaux républicains et la liberté de la presse, quitte à séjourner à de nombreuses reprises en prison ».

 

* Un prochain roman/livre à venir ?

Oui ! Toujours avec Le Papillon Rouge Editeur mais chut ! C’est un secret…

 

 

Ô Toulouse

Toulouse c’est …

Tout simplement : C’est « Ô mon pais » 

Un mot : « Convivencia »

Une émotion : voir mon livre en devanture

Un lieu : les librairies et les théâtres

Un restaurant : Meet the Meat, 18, boulevard de Strasbourg

Un coup de cœur : Le Brigadier, mon coup de cœur depuis sa création !

Une phrase/expression/citation : La façade d’une maison n’appartient pas à celui qui la possède mais à celui la regarde. Lao Tseu

 

Mathieu Arnal sur le web

Sur Facebook

Sur Twitter

 

 

Ces Toulousains qui ont fait l’histoire

De Mathieu Arnal

Le Papillon Rouge éditeur

ISBN : 978-2-490379-11-8

19,90 €

 

Un article pensé et rédigé par Eva Kopp, journaliste, auteure et chroniqueuse littéraire.
Un grand merci à elle et à Mathieu Arnal qui s’est prêté au jeu de l’interview Toulouscope…