Une belle première soirée au Rio Loco mercredi pour le top départ des 20 ans du festival. On a pu se balader dans la prairie des filtres qui semble s’être agrandie pour l’occasion. De nombreuses animations ornent le paysage côté pont Saint-Michel, une grande fresque de photographies, des jeux pour les grands et les petits, des sculptures et bien d’autres… Des installations vous appellent à la détente entre les fauteuils suspendues, les tapis, les coussins… Pas de stress !

Vous pouvez également vous ravitailler dans des stands plus exotiques les uns que les autres, au menu des thés à la menthe, de la nourriture mexicaine, africaine ou encore de bons petits rhums arrangés. Des palmiers illuminent  le parcours car rien n’est jamais trop dépaysant au Rio Loco! Pendant ce temps la scène avait des accents hispaniques avec le roi du fado Antonio Zambujo et la belle voix de l’espagnole Rocio Marquez.

Les premières cuivrées ont résonné côté Pont Neuf et la foule grandissante s’est dirigée vers la scène principale. Les musiciens de l’extravagant Goran Bregovic ont alors fendu cette foule pour se rendre sur scène et c’était partie pour la tempête venu des Balkans au son des « GAS gas GAS GAAAAS!!!! » qui ont animé e public. La complicité fut instantanée avec les spectateurs tant le roi de la scène vêtu de blanc et de chaussures dorés donne à son public. Bregovic a invité Stephan Eicher pour une parenthèse poétique et amicale que les deux artistes ont agrémenté de beaux duos et d’interprétations de classiques du chanteur français. Puis la température est remontée grâce à l’énergie débordante de Bregovic sur des tubes comme « Alkohol » ou « Kalasnjikov » qui ont résonné au bord de la Garonne. Le Rio Loco est bien lancé.

 

>> Consultez nos photos en cliquant sur les flèches du slide au dessus de l’article!