Souvent considérée comme la ville la plus active en matière de street art en France après Paris, Toulouse regorge d’artistes graffeurs depuis plus de 30 ans. Certains exposent dans des galeries et vivent de leur art, pendant que d’autres continuent d’exercer dans l’ombre. Aux quatre coins de la ville, des lieux identifiés comme « tolérés » laissent place à de véritables œuvres d’art : fresques colorées ou monochromes, personnages ou symboles, œuvres esthétiques ou engagées, au pochoir ou au pinceau… Le graffiti à Toulouse fait partie du paysage.

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Illegal Painting, un blog dédié au street art à Toulouse

Toulouscope est allé à la rencontre de Boris Sécretin, passionné de street art à Toulouse depuis 2005. Cet ancien étudiant des beaux-arts de Toulouse arpente la Ville Rose depuis près de 15 ans pour photographier, répertorier, classer, indexer… le graffiti à Toulouse sous toutes ses formes. Il est aujourd’hui à l’origine d’une collection de plus de 30 000 photographies d’archives exposées sur son site Illegal Painting. Une base de données considérable, recollectée dans une démarche de conservation durable d’œuvres éphémères et de diffusion de cet art souvent controversé.

© Boris Sécretin – Illegal Painting

 

Un peu d’Histoire…

C’est dès les années 80 que le graffiti s’installe à Toulouse. Les artistes comme Tilt, Soone, ou encore Cee-T du collectif historique Truskool et les graffeuses Miss Van, Fafi, Plume et Mlle Kat du groupe Hanky Panky Girls (HPG) font exploser le mouvement à la fin des années 90. Des lieux historiques comme la rue Gramat ou les murs du Canal latéral à la Garonne connaissent alors leurs premières couleurs. Les graffeurs toulousains voyagent à l’étranger, pendant que des artistes New-Yorkais sont invités à Toulouse. Intimement liée à des pays très actifs comme l’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis, Toulouse acquiert une notoriété internationale dans les années 2000. Et pour Boris Sécretin, l’ancrage est toujours aussi fort : « Il y a toujours un bon terreau à Toulouse, le renouvellement d’artistes est constant« .

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Pas de doute, l’art urbain fait partie intégrante de la culture toulousaine. Les institutions toulousaines s’en emparent même via des Festivals comme Rose Béton Des murs historiques en plein cœur de la ville aux lieux dédiés à l’expérimentation dans la périphérie, Toulouscope en compagnie d’un passionné de street art à Toulouse vous embarquent à la découverte de pépites colorées qui habillent la Ville rose.

 

Découvrez 10 lieux incontournables du Graffiti à Toulouse

Le plus historique – Le terrain de la fac de l’Arsenal

« Remplis de couleurs et de peinture, il y a 25 ans de graff superposés sur ces murs »

C’est sur le terrain de la fac de l’Arsenal que se trouve l’un des plus anciens spots de street art à Toulouse. Il est considéré comme ayant accueilli dans la fin des années 90 la première fresque documentée à Toulouse, surnommée « Le mur de l’enfer ». Ses trois ou quatre murs repeints chaque semaine sont encore aujourd’hui un lieu d’expérimentation apprécié par les graffeurs toulousains !

📍 Terrain de la Fac de l’Arsenal – 11 Rue des Puits Creusés, 31000 Toulouse
📷 Découvrez plus de photos sur Illegal Painting

 

L’incontournable – Le Parc Technologique de Ramonville 

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

« C’est le mini Disneyland de Toulouse en matière de graffiti »

Véritable galerie à ciel ouvert, c’est sans aucun doute un lieu de référence pour admirer des graffitis à Toulouse ! Accessible en famille, ce grand parc arboré situé au bord du Canal du Midi offre un cadre idéal pour une balade curieuse au fil des chemins et passerelles. On y découvre une bonne dizaines de « gros murs », mesurant pour certains 2m de haut et 6 à 7m de larges, où de larges fresques colorées remplacent chaque semaine les œuvres des précédents graffeurs.

📍 Parc Technologique de Ramonville, derrière la rue Hermès – 31520 Ramonville-Saint-Agne
📷 Découvrez plus de photos sur Illegal Painting | Géolocalisation

 

La fresque la plus ancienne – Le jardin d’Embarthe

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Niché dans le quartier Arnaud Bernard, ce jardin est un petit coin de verdure en plein centre ville de Toulouse. Il est bien sûr apprécié des familles pour son aire de jeu, son boulodrome, son terrain de basket… Mais c’est aussi le lieu d’une curiosité artistique… Le Jardin d’Embarthe renferme la plus veille fresque de graffiti de Toulouse, peinte par le collectif Truskool il y a plus de 20 ans. Les couleurs sorties des sprays des artistes Der, Tilt, Cee.T, Soone… n’ont rien perdu de leur éclat !

📍 Jardin d’Embarthe – rue des Quêteurs, 31000 Toulouse. 
📷 Découvrez plus de photos | Géolocalisation

 

Le plus majestueux – La Rue des Anges

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Avec ses 90 mètres de long et ses 6 mètres de haut, soit plus de 400m2, c’est à ce jour la plus grande fresque de graffiti de la région. Commandée par la Mairie de Toulouse, elle est pensée et réalisée par le graffeur 100taur comme une invitation au rêve et au voyage où limaces, Bob l’éponge et autres personnages se succèdent.
📍 13 rue des Anges, 31200 Toulouse.

 

Le plus vandale – Tersud

« Le plus vandale, c’est le centre ville, la street… »

C’est dans un immeuble désaffecté du quartier Montaudran que les graffeurs toulousains s’éclatent à leur art. En friche depuis 2019 ce terrain est un véritable dédale de 4000m2 : escaliers, vastes pièces, ascenseurs… Décrit comme un « paquebot fantôme« , ce bâtiment bien connu des amateurs d’Urbex est un véritable terrain de jeu pour les artistes de la Ville rose.

📍 Tersud – 5 Avenue Marcel Dassault, 31500 Toulouse
📷 Découvrez plus de photos sur Illegal Painting

 

Le plus symbolique – La Rue Gramat

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

« La rue Gramat porte les stigmates de l’Histoire du graff à Toulouse »

Située en plein cœur du centre ville, cette ruelle est un spot phare du graffiti à Toulouse. Tag, collage, personnages, peintures sur des extincteurs, chrome… La variété de ses œuvres est impressionnante ! Pour Boris, passionné de graffitis à Toulouse depuis 15 ans, « Cette rue est pleine d’énergie ! » C’est d’ailleurs l’une des étapes de la visite guidée qu’il organise autour du graffiti à Toulouse. L’occasion d’en découvrir un peu plus sur l’histoire de cette pratique dans la Ville rose et mieux comprendre cette voix d’expression.

📍 Rue Gramat, 31000 Toulouse.

Réservez votre visite guidée autour du graffiti à Toulouse

 

Le plus insolite – Le Pont de l’ONIA

© Boris Sécretin – Illegal Painting

C’est sur l’ancien site de l’usine AZF que ces trois immenses ponts s’élèvent dans un environnement encerclé de verdure. On y découvre une dizaine de fresques, dont certaines sont vieilles plus de 15 ans.

📍 Pont de l’Onia – Allée Nicole Girard-Mangin, 31100 Toulouse
📷 Découvrez plus de photos sur Illegal Painting | Géolocalisation

 

Le plus vaste – Le Terrain Chronopost

© Boris Sécretin – Illegal Painting

C’est selon Boris l’un des plus grands terrain de fresques sauvages de Toulouse. Avec ses « blocs » de plus de 6m de haut, le terrain offrait aux graffeurs toulousains un immense espace d’expression avant l’installation d’un bâtiment Chronopost. Certains graffs comme ces « block letters » sont historiques !

📍 70 rue de Fenouillet, 31200 Toulouse.

 

Le spot de trains – La Rue du Maltens

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

« De cette ruelle, vous avez un point de vue idéal pour sur la zone de train ! »

L’art du graffiti ne se résume à peindre des murs ! Véritable défi pour les artistes nocturnes, les trains constituent un terrain de jeu pour les graffeurs amateur de risque dès les années 70 aux Etats-Unis. Et Toulouse n’échappe pas à la règle ! Rendez-vous rue du Maltens dans le quartier Bonnefoy pour pofiter (en toute légalité bien sûr!) d’un superbe point de vue sur l’un des premiers terrains de graff de train à Toulouse. Un petit escalier en colimaçon vous permettra de vous hisser à la hauteur de la voie ferrée et, peut-être, y découvrir des graffitis sur un train stationné.

📍 Rue du Maltens, 31500 Toulouse. 

 

Le plus fun – Le Skatepark des Ponts Jumeaux

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Situé à l’embouchure du Canal latéral à la Garonne et du Canal du Midi, c’est l’endroit idéal pour une promenade en famille dans un endroit arboré et agréable. L’air incliné des peintures qui ornent le « bol » en font des graffitis insolites !
📍 Skate Park Ponts Jumeaux – Boulevard de l’embouchure, 31200 Toulouse. 

 

Le plus secret – Le Parking Truskool

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

« Il y a des graffiti littéralement préhistoriques dans ce parking… »
C’est un spot inconnu du grand public qu’a l’occasion de découvrir Boris lors d’une virée nocturne, en compagnie du graffeur Fishe. Ce parking est précieusement gardé secret. Préservés au fil des années, des tags de Tilt, Der ou encore Tober remontants aux débuts des années 90 sont encore des témoignages de l’histoire du graffiti à Toulouse.

📍 Secret !
📷 Pas de photos complémentaires

 

Visite guidée au fil des rues avec Boris Sécretin

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Vous souhaitez aller plus loin ? Soucieux de sensibiliser le plus grand nombre à cette pratique, Boris Sécretin organise des visites guidées dans Toulouse à la découverte de l’art urbain. L’occasion d’aborder les différents courants, évoquer l’Histoire du graffiti à Toulouse, comprendre pourquoi certains graffitis partent et d’autres restent…

Réservez votre visite guidée autour du graffiti à Toulouse

graffiti à toulouse

© Boris Sécretin – Illegal Painting

Vous êtes curieux-ses de découvrir ces spots ? Consultez notre carte interactive !