C’est une expérience totalement inédite qui nous attend ce samedi chez TiPii, un atelier de fabrication dédié au verre artisanalNous allons fabriquer notre propre boule de neige !

 

Patricia et Thibault nous accueillent avec chaleur dans leur boutique-atelier aménagée en mezzanine, près du métro Fontaine-Lestang. Premier constat : on se croirait en plein été à cause de la chaleur du four qui tourne à plus de 1100 degrés. Nous faisons le tour du propriétaire et admirons les verres, bouteilles et objets de décoration exposés sur des tables et des étagères. Patricia nous explique que le concept qu’ils proposent est inédit à Toulouse : leur commerce initie petits et grands à la magie du maniement du verre en fusion.

Nous nous approchons avec précaution (et avec des lunettes de protection!) du four à haute température pour observer Thibault manipuler le verre liquide. A l’aide d’une canne, l’artisan récupère une masse de verre en fusion au fond du four puis fait rouler l’extrémité de la perche sur une table en marbre. Vient ensuite l’étape de la mise en couleur : nous avons préalablement choisi une teinte parmi de nombreux bocaux (vert, violet, bleu, noir…) et avons décidé si nous voulions une texture lisse ou poudrée. Thibault passe la boule dans la poudre colorée et la remet de temps en temps au four pour fixer la teinte.

Prochaine étape, celle que nous attendons avec impatience, mais aussi avec une légère appréhension : celle du soufflage de verre proprement dit ! D’abord,  nous faisons tourner la boule en formation dans une mailloche humide pour régulariser ses contours. Thibault nous rassure devant nos craintes de souffler trop ou pas assez : il nous guidera tout au long de l’expérience. Il s’assied sur un banc et tourne la canne d’un mouvement régulier pendant que, agenouillées au sol, nous soufflons dans l’extrémité de la perche. Une bulle d’air se crée alors et fait grossir petit à petit la boule de verre chaud. Pour finir, nous saupoudrons une dernière fois la boule de poudre de couleur. Le travail est fini !

Une véritable immersion !

Thibault sépare la boule de la canne grâce à des pinces et façonne une petite anse au sommet. Il nous explique ensuite qu’elle va partir en phase de « refroidissement », c’est-à-dire rester dans un four à 600 degrés pendant quatre jours. Nous avons hâte de récupérer notre chef-d’œuvre !

En conclusion, nous avons beaucoup apprécié cette expérience insolite et très instructive. Patricia et Thibault ont pris le temps de répondre à toutes nos (nombreuses) questions sur leur atelier, ouvert depuis seulement quelques mois. Après avoir fabriqué notre boule de verre avec Thibault, Patricia nous a montré sa spécialité : la pâte de verre, ce qui nous a également beaucoup intéressé. La liberté de choisir le modèle et la couleur de notre création nous a plu : on a vraiment l’impression d’être partie intégrante de la naissance de l’œuvre.

 

A noter qu’un atelier poisson d’avril ouvert aux petits et aux grands va bientôt avoir lieu, pour ceux qui auraient envie de devenir souffleur de verre en herbe !

C'est où ?

39 rue Jacques Gamelin, Toulouse