< RETOUR

Depuis un mois, plus de 30 chefs ont rallumé leurs fourneaux pour mijoter des repas aux soignants et aux plus démunis. Avec l’association Belles Gamelles à Toulouse, ils se mobilisent à titre bénévole et solidaire afin de restaurer les plus touchés par la crise sanitaire du COVID-19. Un appel au don invite les Toulousains à contribuer à cette initiative locale !


A lire aussi : #PourEux Toulouse : le mouvement solidaire qui cuisine pour les sans-abris


9000 repas distribués en un mois

 

© Belles Gamelles/CHU de Purpan

Le mouvement a été lancé par le chef Simon Carlier, du restaurant gastronomique Solides : « Au début du confinement, il me restait un peu de marchandise dans mes frigos, je voulais en faire profiter le personnel soignant. Il y avait déjà beaucoup de fatigue dans les hôpitaux… ».

Très vite, la petite initiative prend de l’ampleur et perdure. Le but n’étant pas de nourrir les soignants mais de leur offrir au quotidien un moment de réconfort en mijotant des plats de qualité facilement réchauffables.

 

© Belles Gamelles/Food du Volant

Plusieurs restaurants toulousains, tels que Les Sales Gosses, Les Têtes d’Ail ou encore Les P’tits Fayots, n’ont pas hésité à rejoindre Simon Carlier dans sa démarche. Plus de 300 portions sont désormais préparées chaque jour.

Au fur et à mesure, Belles Gamelles élargit son action en distribuant également des repas aux populations isolées et fragilisées comme les sans-abris ou les réfugiés, mais aussi aux travailleurs comme les routiers, les éboueurs ou les pompiers. Au total, 9000 portions ont été réalisées depuis le 23 mars dernier.

 

A lire aussi : Épicerie locale à Toulouse : favorisez le circuit-court!

 

Un appel au don

© Belles Gamelles/Solides

Outre la trentaine de chefs, un collectif totalisant 150 personnes se mobilise (étudiants, entrepreneurs, retraités…) du lundi au dimanche. Face à son succès, cette initiative solidaire a demandé des subventions et a fait un appel à la générosité en ligne avec l’appui d’Occistart, site de crowdfunding dédié au financement des projets d’Occitanie, -déployé par le réseau des Chambres de Commerces et d’Industrie d’Occitanie et la plateforme française de financement participatif Tudigo. Objectif : multiplier ces repas, composés d’un plat et d’un dessert, dont le coût à l’unité est estimé à 7€ (matières premières, emballage, logistique).

 

Les chefs retournent à l’école

© Belles Gamelles/Lune Bleue

Trois semaines après le lancement de Belles Gamelles, et pour accroître la production dans de bonnes conditions, les chefs se sont récemment installés dans l’école de Thierry Marx, Cuisine Mode d’Emploi(s), située au Marché d’Intérêt National de Toulouse-Occitanie, afin de cuisiner dans les meilleures conditions sanitaires.

Il est désormais possible de préparer de plus grosses quantités tout en respectant les règles d’hygiène et les gestes barrières : « C’est le top du top : c’est une école donc il y a de nombreux postes de travail pour les apprentis et les plans de travail sont espacés de plus de deux mètres », explique Simon Carlier, qui a un nouvel objectif en tête : concocter entre 500 et 1000 repas par jour.

 

© Belles Gamelles

Mardi 21 avril, une pêche solidaire a été réalisée au profit de l’association par les pêcheurs de Port-la-Nouvelle, en lien avec la CCI Occitanie et la CCI Aude. 1300 portions d’un bouillabaisse revue façon Audoise ont ainsi pu être cuisinées.

Depuis le début de son action, le chef Simon Carlier tient particulièrement à favoriser l’utilisation de matières premières issues de la région afin de soutenir les agriculteurs locaux en leur permettant d’écouler une partie de leur production.

 

Les chefs de Belles Gamelles

 

© Belles Gamelles

 


A lire aussi : Initiatives solidaires à Toulouse : rendez-vous utile pendant le confinement !


 

Photo principale : © Belles Gamelles/CHU de Purpan