C’est l’histoire d’un enfant qui ne comprend pas pourquoi les adultes perdent leurs illusions, qui regarde le monde et s’interroge sur la vie, l’amour et les relations humaines, mais aussi sur la société. D’un enfant qui cherche à grandir sans avoir peur.

Le petit cosmographe

Le petit cosmographe

Écrit par Stéphanie Chaulot
Yucca Éditions

ISBN :9791094140529
9,90 €

Voyage initiatique littéraire, conte poétique ou encore conte philosophique, Le petit cosmographe est une petite pépite à plusieurs niveaux de lecture qui plaira aux enfants comme aux plus grands. La légèreté et la gravité se tiennent main par la main sur le chemin du petit cosmographe. Ce Petit Prince des temps modernes cherche des réponses dans un monde en clair-obscur. Il y trouve des pistes lumineuses dans un univers parfois cruel, le nôtre, qui peut malmener notre joie de vivre et notre innocence. Un livre joliment illustré par Magali Velia, pour prendre soin de l’enfant que nous avons été et réveiller notre part d’enfance, de révolte, nos interrogations et nos rêves. À offrir et à s’offrir.

Au fil des pages, extrait 

« Je ne comprends pas cette expression : aller de l’avant.
Je me sentais tout aussi bien auparavant.
Et pourquoi ne pas rester dans le présent,
Après tout, c’est bien aussi ce qu’on ressent.
De l’amour, de la joie, de la peine, de la haine parfois.
C’est important de bien ressentir ça, même si ce n’est pas toujours nos choix.
Le passé, il ne faut pas l’oublier,
Le futur, il faut y penser.

Mais aller de l’avant, pas tout le temps.
Parce que c’est aussi bien de vivre dans le présent. »

 

Rencontre avec Stéphanie Chaulot

Comment est né Le petit cosmographe
SC :  Dans un train. Sur la ligne Toulouse-Carmaux que je prenais régulièrement il y a 5 ans. J’étais à l’époque en pleine réflexion sur la notion de transmission, j’avais ce projet de devenir maman. J’observais les gens et je me suis imaginée le monde à échelle d’un enfant. Chaque trajet était l’occasion d’une brève, un texte court qui faisait écho à ce que je voyais, vivais… L’idée était vraiment de réfléchir à « qu’est-ce que je voulais transmettre comme valeurs à mes enfants ». Le parcours pour être maman étant plus compliqué que prévu pour moi, il m’a permis de peaufiner ma réflexion, d’observer les enfants, les parents. De comprendre un peu mieux moi aussi ce monde, de relativiser parfois, de garder un certain optimisme, toujours utile.

Comment ont réagi vos enfants en lisant Le petit cosmographe ?
SC :  Amusés et intrigué : est-ce que le petit homme c’était mon fils ? Du coup, la petite femme que l’on voit à un moment, est-ce que c’est ma fille ? Ils cherchaient les ressemblances. Et ils sont fans de la discussion avec le Père-Noël !

Ce livre est difficile à qualifier… Il s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes et ses illustrations touchent également les lecteurs de tous âges…
SC :  C’est pour les petits et les grands enfants. J’adore les livres que l’on peut lire de différentes façons en fonction de l’âge. Mes enfants aiment beaucoup l’histoire de ce petit homme, mais ne perçoivent pas l’histoire comme moi ou un lecteur adulte. Une lectrice m’a dit : « il réveille l’enfant qui est en nous. » J’aime l’idée qu’il n’y ait pas de limite d’âge.

Avez-vous des points communs avec Le petit cosmographe, l’enfant de votre livre ?
SC :  On a tous des points communs avec les personnages que nous écrivons. Dans les idées sur la société. Dans sa quête du bonheur, dans sa naïveté, beaucoup oui.

Véritable conte philosophique offrant plusieurs lectures, Le petit cosmographe est aussi un bel hommage au Petit Prince… 

SC : J’adore Le Petit Prince. Je l’ai lu tardivement, mais j’y fais souvent allusion dans mes livres. C’est une pépite. Sans doute j’espère un jour faire aussi bien…

Une suite ou une éventuelle série avec Le petit cosmographe ? Un roman à venir ? Quels sont vos projets ?
SC : Pas de suite. Des projets beaucoup : je finis une résidence de territoire, j’enchaîne en résidence d’auteur dans un lycée (gros message subliminal si des enseignants lisent ces lignes, j’adore intervenir en milieu scolaire). Un roman qui cherche un éditeur oui, je croise les doigts, une partie de l’action se situe à Toulouse d’ailleurs. Et un autre qui se dessine…


Ô Toulouse

Toulouse c’est …

Une émotion : beaucoup d’émotions, le soulagement de rentrer à Toulouse après 4h de train au tout début de mon histoire avec cette ville.

Un souvenir : Le Minotaure et l’araignée devant le Capitole.

Un lieu : Le Muséum, j’ai hésité, c’est dur, je ne suis pas sûre…

Un restaurant : Chez Cathy Meliet, au Bon Vivre place Wilson.

Un plat : Il paraît qu’il faut goûter les pizzas de Chez Marcello.

Un coup de cœur : Le street art que l’on guette lors de balades.

Une phrase :  Tout est sale, sombre et laid en ville, n’est-ce pas ? Citation extraite de mon précédent livre sur Toulouse, qui prouve…que c’est beau la ville. (Elle sourit)

Suivez l’actualité de Stéphanie Chaulot sur Son site webFacebook, et  Instagram