< RETOUR

Né en 1950 et autodidacte, Mitau peint « comme les premiers hommes », depuis l’âge de 9 ans. L’artiste, qui a suivi un apprentissage en ferronnerie d’art, associe son activité créatrice à une résilience, ou dit-il, à “la transformation du métal brut par la douleur pour devenir oeuvre d’art”. Mitau utilise des matériaux de la nature pour écrire sa vie sur la toile et n’a pas trouvé mieux que ses mains, pour mélanger les couleurs, pour métamorphoser la matière. C’est un puissant travail de matière qui évoque davantage la forge que le pinceau. Les œuvres de Mitau suggèrent au premier contact des fragments de météorites oxydées par le temps, entrées en collision avec d’autres matières. La matière épaisse rigidifie la toile, transforme le carton en métal, le papier mâché en ferraille, les pigments en lumière, pour susciter d’autres représentations.

A la médiathèque de Tournefeuille.