• IMG_20220909_133238
    IMG_20220909_133238
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !
  • Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches ! Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !

Rentrée littéraire 2022 : les coups de cœur de la librairie Ombres Blanches !

Par Clémence Van Egmond le vendredi 09 septembre 2022

Septembre est là ! Pour chasser le spleen de la reprise, on profite des derniers rayons du soleil et des premiers ouvrages de la rentrée dans les rayons de la librairie Ombres Blanches. Plus besoin de chercher, pour vous y retrouver la rédaction partage avec vous la sélection coup de cœur. Bonne lecture !

Sélection Ombres Blanches pour la rentrée littéraire 2022

 

Un grand flow musical

Variations de Paul, Pierre Ducrozet (Actes Sud) En deux mots : Pierre Ducrozet raconte une famille dont l'astre vital est la musique, une famille où l'amour (et les malentendus) circulent dans toutes les tonalités. Paul va naître à l'aube des années 40-50. Il a des intermittences du cœur. On va le suivre tout au long de sa vie. On revient sur son épopée. Il va travailler dans le milieu de la musique, au bon endroit au bon moment traversant les grands moments musicaux de la pop et du rock. L'avis d'Ombres Blanches : "Un livre formidable, avec une écriture très vive, très acérée. Un grand flow qui nous emporte des années 60 à aujourd'hui. " Pierre Ducrozet viendra présenter son livre le 29 septembre à 18h à Ombres Blanches.

Un banquier anarchiste

Le Trésorier-payeur, Yannick Haenel (Gallimard) En deux mots : Au début des années 90, le jeune Bataille arrête la philosophie pour s'inscrire dans une école de commerce. Il décroche son premier poste à Béthune, dans la succursale de la Banque de France. Le jeune banquier anarchiste va pousser ses logiques de dépense, et va vouloir tout flamber. À travers l'histoire de ce banquier poète, c'est la réalité économique actuelle qui est dépeinte. L'avis d'Ombres Blanches : "Le livre est parsemé de scènes délirantes. C'est un livre plein de richesse, et un personnage de banquier poète-anarchiste très attachant."    

Récits alternés

En salle, de Claire Baglin (Minuit) En deux mots : En deux récits alternés, la narratrice d'En salle raconte cet écart. D'un côté, une enfance marquée par la figure d'un père ouvrier. De l'autre, ses vingt ans dans un fastfood, où elle rencontre la répétition des gestes, le corps mis à l'épreuve, le vide, l'aliénation. L'avis d'Ombres Blanches : "Ce livre m'a fascinée par l'évidence du récit. La narratrice est une jeune femme issue d'un milieu ouvrier qui nous parle de sa vie de femme d'une jeunesse connectée et pourtant très éloignée. Un livre très délicat et de dénonciation des réalités actuelles."      

Fiction magnétique

Sa préférée, Sarah Joellien-Fardel (Sabine Wespieser) En deux mots : Dans ce village haut perché des montagnes valaisannes, tout se sait, et personne ne dit rien. Jeanne, la narratrice, y grandit en apprenant à éviter les accès de violence de son père, à les anticiper. Jusqu'au jour où, pour une réponse péremptoire prononcée avec toute l'assurance de ses huit ans, il la roue de coups. Quand arrive le médecin du village, appelé à son chevet, elle est convaincue que cet homme éduqué et bienveillant va mettre fin au cauchemar : mais, à l'instar des proches et des voisins rustauds, il fait comme si de rien n'était, comme si elle avait été victime d'une simple chute. L'avis d'Ombres Blanches : "Le personnage est fascinant. Le sujet est noir et parle de violence, mais le personnage qui essaye de s'échapper et de se révolter va découvrir progressivement ce qu'est le véritable amour, ainsi qu'à s'affranchir de la figure de son père. L'écriture est magnétique, elle nous happe ! Ce livre est totalement fictionnel et c'est également un de ses pouvoirs."    

Complexité des relations au  21 e siècle

Où es-tu, monde admirable ? de Sally Rooney (Editions de l'Olivier) En deux mots : Alice, une jeune romancière ayant connu un succès fulgurant, quitte Dublin pour s'installer dans un village d'Irlande. Elle fait la connaissance de Felix sur un site de rencontres. Eileen, la meilleure amie d'Alice, préfère rester dans la capitale et travaille pour un magazine littéraire. Elle renoue avec Simon, un copain d'enfance qui n'a jamais caché son attirance pour elle. Malgré la distance, Alice et Eileen se parlent presque tous les jours, ou plutôt elles s'écrivent. Des e-mails aussi drôles qu'intimes où elles laissent libre cours à leurs réflexions sur le sexe, l'amour, l'argent, l'amitié, la politique. L'avis d'Ombres Blanches : "C'est un roman plus mature que ses précédents, qui parle de politique, de l'état du monde, de communication avec une grande finesse et une grande intelligence. Ce sont des romans psychologiques centrés sur les personnages et leur façon de communiquer entre eux. C'est aussi un formidable roman sur l'amitié et la complexité des relations amoureuses au  21 e siècle."  

Quête identitaire

Tenir sa langue de Polina Panassenko (Editions de l'Olivier)
En deux mots :  Elle est née Polina, en France elle devient Pauline. Quelques lettres et tout change. S'inspirant de sa propre expérience, l'auteure raconte le périple de cette femme qui souhaite revenir à son véritable prénom Polina, et ses complications avec l'administration française. À partir de là, elle va tirer ce fil de la double nationalité et de la double culture en racontant nombreux de ses souvenirs en Russie et France. L'avis d'Ombres Blanches :  "C'est un livre qu'on lit à toute vitesse, qu'on n'a pas envie d'arrêter, on est bien dans ses souvenirs avec elle.  Avec beaucoup de candeur et de tendresse, tous les épisodes sont narrés avec drôlerie sur des sujets pourtant lourds comme l'exil, ou des réflexions sur le bilinguisme, mais elle en fait quelque chose de très rafraichissant ! "      

Fresque italo-somalienne

La ligne de couleur d'Igiaba Scego (Dalva)

En deux mots :

1887. La peintre noire américaine Lafanu Brown est prise pour cible lors d'une émeute dans les rues de Rome. Sauvée in extremis par un anarchiste, elle commence à tisser des liens avec ce dernier qui la demande bientôt en mariage. En préambule à sa réponse, Lafanu décide de lui raconter sa vie. Celle d'une jeune fille née aux États-Unis de père Haïtien et de mère indienne. Celle que ses pinceaux tentent d'imprimer sur la toile, celle des couleurs qui diront avec justesse son identité et lui permettront de gagner son indépendance.

L'avis d'Ombres Blanches : 

"C'est une histoire passionnante. Cela remet sur le devant de la scène l'histoire des hommes et femmes noires dans l'histoire de l'art à travers le prisme de la fiction. C'est très romanesque et bien écrit, l'auteure change de registre, de langue selon les époques, et le livre se lit comme une grande fresque ! "    
A lire : Les romans de l’été 2022 pour bouquiner à la plage – La sélection Ombres Blanches